Expression libre

Société

Question écrite au Ministre de l’Intérieur suite au rapport SAUVÉ

12 octobre 2021

Retrouvez ma question écrite au Ministre de l’Intérieur Gérald DARMANIN suite à la publication du rapport SAUVÉ :

“Mme Géraldine BANNIER interroge M. le ministre de l’intérieur sur le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église dirigée par Jean-Marc SAUVÉ : 330 000 mineurs victimes de violence depuis 1950, l’onde de choc est considérable. Pour reprendre les mots du rapporteur : “Ces nombres sont accablants et ne peuvent en aucun cas rester sans suite”. Et encore s’agit-il là d’une “estimation minimale”, prévient l’auteur du rapport. Plus de la moitié de ces violences identifiées, qui concernent à 80 % des garçons et sont le fait essentiellement de religieux mais aussi de laïcs, ont été commises dans les années 1950 à 1969. Leur nombre a diminué dans les années 1970 à 1990, en relation avec la baisse des effectifs des prêtres et religieux, avant de se maintenir à leur niveau. “Il faut se départir de l’idée que les violences sexuelles dans l’Église catholique ont été complètement éradiquées, que le problème est derrière nous. Le problème subsiste.”, met en garde Jean-Marc SAUVÉ. 45 recommandations, dont la reconnaissance de la responsabilité de l’Église ont été émises. Jean-Marc SAUVÉ évoque surtout l’indemnisation des victimes, option préférable à un allongement des délais de prescription, “qui ne peut engendrer que des douleurs pour les victimes”. Nombre d’entre elles de fait sont tombées sous la prescription, fixée à trente années après la majorité de la victime, et la recherche de la preuve, on le sait, est complexe. La commission estime aussi que la procédure pénale canonique doit être ouverte aux victimes, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Par ailleurs, le secret de la confession “ne peut être opposé à l’obligation de dénoncer des atteintes graves sur mineurs ou personnes vulnérables”, recommande Jean-Marc SAUVÉ. Il prône également des entretiens annuels dans l’Église catholique, “avec des traces écrites”, et une meilleure formation des religieux. Jean Marc SAUVÉ en appelle à une réforme du droit de l’Église et la commission dit avoir “pris acte” de la réforme du droit canonique qui doit entrer en vigueur le 8 décembre prochain. Les agressions sexuelles passeront notamment de “la catégorie des offenses à la chasteté à la catégorie des atteintes à la vie et à la dignité des personnes”.
La commission a agi aussi face aux révélations et son président évoquait ainsi le nombre de 22 saisines. Il expliquait également avoir saisi “des évêques ou des supérieurs majeurs de congrégation” dans plus de 40 dossiers, “pour les informer d’infractions prescrites dont l’auteur est toujours vivant”. L’épiscopat a réagi en exprimant : “sa honte et son effroi”. Aussi, Mme la députée souhaite savoir ce que va faire l’État pour accompagner l’Église catholique dans ce travail, accompagner les victimes surtout et aider davantage les enfants et adolescents victimes à mieux comprendre et dénoncer les actes pédocriminels où qu’ils puissent survenir (milieu familial, associatif, structures éducatives, religieuses, lieux d’apprentissage), derrière la bienveillance apparente d’adultes en réalité malades.”